Une posture modifiée

 

une posture modifiée

Une posture modifiée par l’usage du téléphone :

Cette banale photo de société nous montre à quel point la posture a évolué au fil des temps. La tête n’est plus tenue, le haut de dos s’arrondi et la nuque s’allonge. Par effet cascade, ce relâchement ”postérieur haut” entraine un relâchement ”antérieur bas” au niveau abdominal donc.
Cet enroulement, sans un minimum de correction, va s’accentuer.
La prise en main est nécessaire, surtout chez les adolescents.
Pour remédier à ce mauvais placement, les muscles de la nuque doivent être tonifiés régulièrement et les abdos renforcés avec du gainage. Entre autre.

Une posture modifiée par l’usage de l’ordinateur :

Force est de constater qu’en ce qui concerne le placement quotidien devant le poste de travail, ce n’est pas mieux. Les jambes sont croisées, le corps est généralement tordu, penché sur un côté, la tête est coincée par le téléphone sur l’épaule …
En fait, la posture ergonomique n’est pas très compliquée à positionner : 90°. En effet, les articulations doivent être positionnées à angle droit comme montré ci-dessous.

Une posture modifiée par l’usage de la voiture :

En voiture tout est encore plus problématique car le muscle psoas se contracte et crée des tensions voire des tendinites à répétition. Les personnes « rétractées des hanches » doivent étirer régulièrement ce muscle en posture dite du « chevalier servant » et pratiquer le travail des fentes.

Nos habitudes de vie modifient notre posture. En conséquence de quoi, le port du sac, notre démarche, la façon que nous avons de courir, le placement de nos articulations … est à prendre en considération dans « la vie de tous les jours ». Cela peut paraitre puéril de s’occuper de ces « petites choses » mais ce qui semble anodin à 20 ou à 30 ans le devient bien moins vers 50 ou 60.

Ainsi, c’est bien dans ses « jeunes jours » que les bons placements s’acquièrent.