Toujours mieux … malgré l’âge.

 Toujours mieux … malgré l’âge.

Toujours mieux ... malgré l'âge.

Le corps est un merveilleux outil de perception. Ses ressentis sont subtils et ciblés. Ainsi, s’il se sent en souffrance, il n’est pas judicieux de masquer ses douleurs avec des antalgiques ou autres solutions inappropriées. À ce stade le corps ne demande qu’une seule chose : d’être entendu, comprît et soigné. 

Pour cela il faut déjà bien prendre en compte le facteur âge et les solutions adéquates à celui-ci. 

À 20 ans tout va bien

À 30 il faut bouger 

À 40, en plus, il faut « bien manger »

À 50, il faut lubrifier (!!!)

Au delà c’est la zénitude, le recul et la sagesse qui feront le reste. 

Toujours mieux … malgré l’âge.

Je reviens sur les « 50 » et le « facteur lubrification ». Les articulations sont complexes et restent primordiales dans l’art de « bien vieillir ». Leur mobilité est essentielle mais, plus encore : bouger naturellement ne suffit pas. Il faut « forcer » les amplitudes afin de ne pas les perdre. C’est là où l’exercice physique ciblé, en conscience sous l’oeil du professionnel, fera toute la différence. En effet, il faut « aller chercher » l’amplitude TOTALE de CHACUNE des attaches (phalanges, poignets, genoux, hanches etc). 

Mais cela ne suffit pas. Étirer et tonifier ne suffit plus à 50 ans. En conséquence de quoi, il faut assouplir.

Pour autant, les idées reçues donnent à penser qu’assouplir se conjugue avec muscles. Et bien … pas que ! 

Toujours mieux … malgré l’âge.

Ainsi, les articulations sont également concernées dans la mesure où la lubrification de celles-ci représentent une première étape nécessaire. Puis, s’ensuit une recherche de flexibilité qui favorise les amplitudes totales, ce qui limite considérablement le vieillissement corporel. Ensuite, par une action de technique manuelles adaptées, les derniers degrés de liberté seront gagnés, ce qui apportera davantage de congruence. En effet, les tissus redevenus plus souple, feront toute la différence en terme de douleurs et de raideur. Pour finir des massages et des techniques de pression vont assurer la détente des tissus concernés et ceux, plus adjacents. 

Le but ? Retrouver l’élasticité des fibres.