Les relations toxiques.

Les relations toxiquesIl existe différents types de relation : la relation au monde, celle qui nous relie aux autres et la relation à soi. Dans le but que ”tout se passe au mieux” dans ces trois cas de figures, des techniques d’acceptation , de lâcher prise, d’analyse … existent.

Cependant, à la croisée d’une route, un être ”mal intentionné” peut vous déstabiliser. Alors, il est nécessaire de s’en prémunir.

Les relations toxiques

Les relations toxiques

Les relations toxiques

Le rapport à soi

Afin d’être mieux avec soi-même il ”suffit” d’y penser, d’accepter, de comprendre, de lutter, d’avancer, de pratiquer, régulièrement, avec ténacité différentes techniques choisies, recommandées, validées et expérimentées. Cela n’est pas si aisé. Pour autant c’est possible : l’entraînement est de rigueur et la régularité aussi.

Les relations toxiques

Le rapport aux autres

Dans la relation à l’autre. Tout change ! Les deux personnes doivent, du moins être sur la même longueur d’onde, sinon être animées des meilleures intentions. Ce qui ne va pas de soi systématiquement. En conséquence de quoi, il existe des ”règles” d’attitude émotionnelle, comportementale, cognitive. Nous en reparlerons …

 

Les relations toxiques : comment s’en protéger ?

Faits de nos sociétés contemporaines ?

Mode du psychologiquement incorrect ?

Provocations ?

No future ?

Nihilisme ?

L’instabilité mentale, le juste boutisme, les conséquences dues à l’éducation ”enfant roi”, le narcissisme surdéveloppé par les réseaux sociaux, la mode ”bipolaire” … sont des tendances en recrudescence. En conséquence de quoi il existe quelques parades. En voici une.

 

La technique de la cloche en verre

Parce qu’il est nécessaire de se protéger d’un individu stressant, une cloche de verre peut, lentement, descendre sur vous. A travers cette paroi protectrice, entendez, voyez, comment cette personne toxique ”vampirise” ceux qui se trouvent dans son environnement. Prenez du recul. Ne répondez plus à sa verve. Observez. 

Plus tard, remémorez vous la scène en jouant sur le contraste et l’intensité de cette projection mentale. Au fur et à mesure réduisez là jusqu’à ce qu’elle devienne un point. Un minuscule point sans importance, sans incidence pour vous. Tout cela disparait.

 

Alors, il est important de ne pas juger ou accuser l’autre. En effet, peu de personnes apprécient le fait d’être mauvaises ou méchantes. Pour autant, alors qu’un pourcentage conséquent de personnes souffrent et souhaitent être aidées, un plus petit nombre (en hausse cependant) n’ont pas conscience de leurs « être au monde » et ne peuvent donc pas se remettre en question. Aussi, rien ne sert à s’y atteler.

En somme, il faut juste s’en protéger.